La figue de Barbarie inonde nos rues et ruelles

0

 

 

 »El Handi » ou la figue de Barbarie, apprend-on dans ce texte, dont le nom latin est Opuntia ficus-indica, est un fruit sauvage coloré à l’aspect rugueux avec ses épines. Il a colonisé depuis plusieurs siècles montagnes, plaines et vallées du pays .Exposées dans des brouettes, des caisses en carton, dans de sots, ces figues sont prisées par les consommateurs durant la saison estivale. Des vendeurs qui sillonnent les rues et les ruelles avec une charrette ont trouvé dans la vente de ce fruit un gain sûr et considérable. la figue de Barbarie se vend comme des petits… pains, témoignent des amateurs de ce fruit… épineux. Les marchands vous révèlent les secrets de ce fruit et prendront plaisir à vous le faire manger. Pour le peler, il suffit de couper une rondelle de chaque extrémité, puis pratiquer une incision peu profonde dans la peau sur toute sa longueur et tirer dessus. C’est bon et délicieux mais il  reste, il faut le dire, «redouté» à cause de ses épines. Mais là, l’astuce a été trouvée. Le client n’aura pas à éplucher cette figue. Le label des vendeurs est : «El hendi wal mouss man aândi.» Le calibre et la couleur rouge ou jaune permettent d’ores et déjà d’affirmer que ces fruits arrivent à maturité. Sur la route de Nabeul-Turki, plusieurs fellahs  exposent  leurs produits. Plusieurs passagers s’arrêtent pour acheter ou consommer sur place. D’un geste délicat, ils découpent l’écorce, extirpent  le fruit et l’offrent aux passants. Plusieurs  jeunes vendeurs ont installé des stands de fortune et proposent aux passants ce fruit dont on ne cesse de vanter les mérites.Nombre de jeunes, rencontrés au centre-ville, sur la route de Grombalia, s’adonnent à ce petit commerce pour venir en aide à leurs familles aux revenus modestes. Ces jeunes se spécialisent dans la cueillette de ce fruit rustique, un job des plus pénibles, assure-t-on, en raison des épines qui agressent les mains et de la chaleur qui sévit dans la région.Seif, un jeune élève des environs de  Takelsa affirme s’adonner à ce commerce pas du tout facile pour mettre de côté un petit pécule qui lui permettra d’acheter les fournitures scolaires à l’approche de la rentrée scolaire.Ce fruit intéresse grandement les stratéges du développement durable « C’est une mine d’or avoue Hédi, Hormis ses qualités alimentaires non négligeables, on lui connait mille et un usages : alimentation, fourrage, engrais, produits de distillation, huile cosmétique, plant d’ornement. La Figue de Barbarie peut-être mangée crue ou en gelées, en confitures, en purées, en pâte de fruits, dans des salades de fruits, dans des desserts. Ses raquettes se cuisinent comme un légume dans des ragoûts et  soupes. .Si le fruit est indiqué par les professionnels  comme un complément alimentaire exceptionnel, notamment pour ses aptitudes à brûler la graisse et aide à lutter contre la fatigue, les graines compactées en granulés, ainsi que les raquettes produisent également  un très bon complément alimentaire pour le bétail. Plusieurs promoteurs, originaires de Kasserine et de Msaken, ont pris l’initiative de valoriser à l’export les composantes de ce fruit en fabriquant l’huile de figue de barbarie qui connaît aujourd’hui un engouement sans précédent qui fait le bonheur des entreprises de cosmétiques. Pour les producteurs et les laboratoires, c’est également tout un marché à l’exportation qui s’ouvre à eux. Il faut près d’une tonne de figues pour obtenir 1 litre d’huile de figue de Barbarie.Son succès s’explique par la richesse de ses composants: Elle regorge de vitamine E (anti-oxydante) et d’acides gras essentiels qui permettent de nourrir et de tonifier la peau en profondeur. Cette huile est aussi une huile réparatrice. En effet, elle atténue les cicatrices, les boutons d’acné et diminue les vergetures. Son odeur fait penser à celle de l’huile d’argan.

Kamel Bouaouina

Partager.

Comments are closed.