Lotfi Bouchnak enchante le public au théâtre de Nabeul

0

 

Il était 23h00, la star de la soirée n’a pas encore monté sur scène. Une panne technique était à l’origine du retard. Le public s’ennuie mais se patiente . Finalement tout est rentré dans l’ordre. Lotfi Bouchnak, vêtu tout en blanc réapparait. Tout le monde était là, acclamant son idole. Entouré du maestro  Abdehakim Belkaied et ses musiciens, l’artiste a donné le meilleur de lui-même sur la scène. « C’est toujours un plaisir pour moi d’être là, c’est également une preuve que j’adore cette côte du pays. Je veux aussi rendre hommage et remercier le public nabeulien » a déclaré la star Avec des familles plus que jamais avides de sorties nocturnes en ces temps de canicule et une star comme Lotfi Bouchnak en tête d’affiche, la soirée de  l’amicale de la municipalité de Nabeul, a connu la grande affluence et une extraordinaire ambiance, qui a égayé jusqu’à 2h du matin les travées du théâtre de plein air. Bouchnak   a enflammé le théâtre grâce à sa voix splendide et en compagnie de ses musiciens. Il ouvre le bal avec ses mawels et ses Mouachahets où il montre la force de sa voix et sa connaissance des gammes. Il a tenu de transmettre au public la beauté d’une musique d’essence orientale tout en étant ouverte sur les répertoires de la musique tunisienne. Sa voix puissante et satinée redonne ses lettres de noblesse à son art qui puise ses origines dans ces traditions andalouses et ottomanes. Ce soir, il a voulu sortir des sentiers battus en faisant participer le public en lui donnant les premiers mots des refrains.  Très décontracté et avec son oud, Lotfi a  interprété ses derniers succès dont notamment « Khadaani », «Nassaya» «Ritek ma naâref fin», «Inti Rouhi inti» et  « El Ain elli ma tchoufikchi». Du pur style tunisien ! Lotfi jubile. Impossible de ne pas se laisser entraîner par ce fleuve de sonorités enivrantes.. Parmi les festivaliers, c’est le délire. On reprend en chœur. Lotfi Bouchnak a tenu à interpréter l’un des chefs-d’œuvre du chanteur feu Sadok Thraya, «Ki dhik bik eddahr ya meziana», en signe de reconnaissance à ce pionnier de la chanson authentique tunisienne. Au bout de deux heures, il a tenu à faire de cette soirée un moment mémorable. Son talent est indiscutable. Une musique enivrante et captivante. Mais aussi des textes et des mélodies intimistes. Le tout restitué d’une voix intense. C’est grâce à cette aisance et à son goût de l’interprétation des chants qu’il arrive facilement à communiquer avec ses fans. La piste de danse n’a pas désemplit tout au long du spectacle, hommes et femmes se sont lâchés emportés par le grand maître, tandis que le théâtre entièr était illuminée de centaines de petites lumières de téléphones portables que des fans euphoriques agitaient  pour soutenir leur star. Puis, moment d’émotion lorsqu’il chante  « Ardhouni Zouz Sbaya »chanson du patrimoine. Le public est charmé. C’est magique” commente une spectatrice alors que l’en­semble du théâtre lève les flashs de leur télé­phones. Mimant un cœur avec les mains, Lotfi  se retire deux heures du matin  en remerciant son public .Il a  prouvé ce soir  qu’il est toujours au sommet de son art .

KB

Photos Berrazagua

Partager.

Comments are closed.