« Transparent Water » d’Omar Sosa, Seickou Keita et Gustavo Ovalles : la musique musique afro-cubaine à l’honneur

0

 

 Après l’hommage musical rendu à la patrie par « Nouhibbou el Bilad » et son trio vocal national, place à un 2ème trio, porteur d’un exotisme sonore inédit : il s’agit d’Omar Sosa, Seickou Keita et Gustavo Ovalles. Les trois talents sont réunis sur la scène du théâtre plein-air d’Hammamet. Ils manieront le temps d’une soirée, différents instruments, générateurs d’une musique afro-cubaine dans le cadre d’un spectacle musical au titre saisissant « Transparent Water ».

3 nationalités sont à l’honneur dans la soirée du 26 juillet 2018, le cubain Omar Sosa, pianiste – compositeur au répertoire Jazzy mélangé à de la musique afro-cubaine. Le sénégalais Seickou Keta, chanteur à la voix mélodieuse et puissante et le vénézuélien Gustavo Ovalles, percussionniste. Les trois artistes ont fusionné engendrant un spectacle musical doux, destiné à bercer un public de mélomanes passionnés. Evasive et hypnotisante, leur musique se veut spirituelle, légère et transcendante. Du moins, les premières notes musicales du spectacle l’annoncent ainsi à partir d’un premier morceau intitulé « Peace Keeping » …

Vêtu d’habits blancs traditionnels, ils ont chanté une dizaine d’extraits de leur album. Le titre de leur spectacle est une métaphore qui se réfère à l’eau, à ses chutes et à ses cascades … Leur musique est un mélange de mysticisme Yoruba, d’une douceur mandingue et de zen – extrême oriental, tel qu’il est couramment défini. Pour les oreilles, il s’agit de sonorités qui apaisent, véritable thérapie qui devient rythmique par moment et rappelle des airs africains.

Leur musique peut être associée à une musique soufie hautement maniée par trois prodiges découverts ce soir par la plupart des curieux. Autant de sonorités, géographiquement disparates mais issues d’un répertoire musical éclectique ont fait vibrer la foule à travers des morceaux comme « Black  Dream », « Zululand » et « Recardo 1993 ».

Les artistes ont également dansé sur les planches sur une musique entrainante entrainant le public à bouger. De l’eau a coulé sur la scène et pas métaphoriquement : le public s’est laissé conquérir par la beauté de l’image scénique et s’est laisser adoucir par le son de l’eau qui coule.

La soirée du 27 juillet 2018  est consacrée à « Variations » et au duo Mina Nawa formé par Jihed Khemiri et Dali Chebil. Les deux joueront en première partie du malouf tunisien revisité. Un répertoire porté par des notes de piano et la voix de Dali Chebil. Le groupe Aytma et Nour Harkati prendront la relève. Ils présenteront le projet musical « Helwess », de l’expérimentation musicale qu’ils ont choisi de partager avec le public de la 54ème édition du festival, toujours aussi assoiffé de découvertes.

 

Partager.

Comments are closed.