Les chiens errants, un véritable danger pour les citoyens !

0

 En bandes, les chiens errants  rôdent autour des lieux habités à la recherche de restes de nourriture dans les poubelles, menacent quiconque s’en approche. Les citoyens font des détours pour les éviter ou rebroussent carrément chemin, surtout lorsque ces mauvaises rencontres ont lieu dans des endroits démunis d’éclairage. « . Nos rues, sont devenues souvent les endroits privilégiés de ces chiens errants. Certains traversent les rues en groupe, d’autres flânent autour des détritus et les poubelles en quête de trouver quelque chose à mettre sous les crocs » indique Héla , une institutrice.C’est dans les endroits où il y a le plus ordures que l’on voit le plus de chiens et de chats. Car ils suivent la nourriture. Les habitants des quartiers populaires ou de certains sites urbains manquant d’éclairage public doivent encore savoir négocier trottoirs et ruelles étroites pour éviter les chiens errants. Ces derniers prolifèrent à proximité des parcs automobiles, oueds, cimetières et autres endroits. Ces chiens constituent des meutes et redoublent de férocité le soir. La multiplication des actes d’agressions inquiète de plus en plus les habitants. Leur abattage est-il nécessaire? Les municipalités   utilisent cette technique d’abattage depuis une 40e d’années sans succès, la patrouille tue le soir 5, 10 ou 20 chiens, déjà ils se cachent au bruit des tirs, et puis le nombre de chiens tués double ou triple avec les naissances.  Ces chiens qui errent depuis peuvent être dangereux à cause des attaques et de leurs morsures. Ces morsures sont dangereuses du fait que l’agressé peut garder des séquelles à vie. D’autres personnes attaquées peuvent alors avoir le virus fatal si les chiens errants en question ne sont point vaccinés. L’opération n’est pas chère par animal et ne manque pas d’avantages. Les animaux stérilisés deviennent plus dociles et moins agressifs tout en agissant comme gardiens chassant les autres animaux intrus .Partout dans le monde, l’abattage massif a démontré son inefficacité absolue et il est d’ailleurs déconseillé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Et pourtant des dizaines de milliers de chiens sont abattus chaque année en Tunisie. Chose qui révolte diverses associations de protection des animaux, qui font un effort fou de sensibilisation contre ce crime. Et pas que, ces associations proposent plusieurs solutions dont remplacer les fourrières par des refuges qui répondent aux standards internationaux.

                                                         KB

Partager.

Comments are closed.