Afif Kchouk : 2019 s’annonce sous les meilleurs auspices sur le marché allemand.

0

 

Comment s’annonce 2019 sur ce marché allemand ?

2019 s’annonce sous les meilleurs auspices sur le marché allemand. Tous ses indicateurs économiques, financiers et sociaux sont au vert. L’Allemagne n’a pas de problèmes (majeurs) et l’Allemand continuera à prendre ses vacances et à voyager à l’étranger.La reprise sur la destination Tunisie se confirme de jour en jour.

Quel est le portrait du touriste allemand?

Le touriste allemand est un bon client qui veut avoir pour son argent et le prix qu’il a payé. Il est exigent en ce sens qu’il tient à avoir ce qu’on lui a promis. Il aime passer des vacances tranquilles, animées ; mais pas trop. Il aime retrouver le confort, bien manger et bien boire : c’est un bon vivant. Il aime bien l’ambiance à l’ « allemande » ; de l’exotisme ; mais pas trop. Il est sociable et aime les bonnes fréquentations, polies et sincères. C’est un client fidèle : il revient aussi souvent que possible quand il est satisfait. L’Allemand est très sensible à l’environnement (physique et humain), à la propreté et à l’hygiène.

Est-ce que le produit tunisien répond à leurs attentes?

Pas toujours. Le produit tunisien se vend par le prix.  Il présente le meilleur rapport qualité/prix ; il est l’un des moins chers du marché. Ce les marques et les hôtels de chaînes (étrangères surtout) qui se vendent le plus rapidement et le plus facilement.

 Est-ce que l’aérien suit?

Non pas du tout. Il est –relativement- cher et pas toujours disponible. Il répond et suit la demande ; mais il ne la provoque pas et ne l’anticipe pas non plus.

Quelle est la stratégie pour la reprise?

Il faut commencer par améliorer notre produit hôtelier et touristique, le mettre à niveau et aux normes internationales, avant de parler de stratégie. Pour vendre un produit, il commencer par l’avoir ; sinon, on vend n’importe quoi. Par ailleurs, on faut améliorer l’image institutionnelle du pays, à l’échelle internationale, et européen en particulier. Enfin, pour mener une stratégie, il faut des moyens financiers conséquents et appropriés.

Doit-on innover dans notre manière de promouvoir ce marché?

Avec le  peu de moyens dont dispose le tourisme tunisien, il est acculé à l’innovation, à la créativité, à la recherche de l’’optimisation de ses ressources ; à travers le partenariat entre l’Adminstration et les professionnels, entre le secteur public et le secteur privé, d’une part ; et avec les secteurs publics et privés des pays émetteurs de touristes vers la Tunisie, d’autre part.

Kamel Bouaouina

Partager.

Comments are closed.