Medinea …le concert de toutes les émotions

0

 

 

On voyage, on danse, on pleure, on rit, on aime, on fredonne, on s’extasie. Nul besoin d’avion, de navire, de voiture, ni même de navette spatiale. Ici, on vogue, on trace, on lévite parfois. Il suffit d’une idée, d’un projet, d’une vision et le reste coule de source.

Les spectacles offerts ce le  29 et 30 mars ( au centre culturel international de Hammamet et le centre de la musique arabe et méditerranéenne ,Nejma Zahra à Sidi Bousaid ), par les jeunes musiciens de la Session de Création Interculturelle est une formidable leçon d’amour, de respect, d’altruisme. La communion ne répond pas aux ordres. Elle vient paradoxalement du désordre. Des sonorités tellement dissemblables, par un tour digne des alchimistes des anciens âges, se rapprochent, dialoguent, se comprennent. D’Homère à Fabrizio Cassol, la passion de l’exploration engendre images inattendues, rencontres inespérées, découvertes harmonieuses. La Méditerranée, mère de toutes les mers, a pour seule richesse les habitants de son pourtour et pour unique destinée, l’Humanité dans sa splendeur comme dans ses fragilités.

Que dire de ce concert ? Nul langage ne peut véhiculer l’émotion autant que la musique. Elle se faufile en nous, nous envahit et nous transforme. La mémoire resurgit, vive, fulgurante, comme si ces notes étaient inscrites dans nos gènes et n’attendaient que l’instant miraculeux de resurgir. Ce concert n’est pas l’œuvre d’un orchestre comme les autres. Le groupe d’artistes qui l’ont exécuté a pour lui la fraîcheur de la jeunesse, la vigueur de la passion, la persévérance du souffle. Les énergies qu’il libère offrent un tableau mirifique. Un révélateur tout en nuances. Un miroir qui se révèle kaléidoscope bouleversant. Sa musique irrigue, se diffuse, embrase. Langoureuse, elle s’empare du corps sans aucun délit. Elle secoue, elle cogne, elle rappelle à l’être sa condition d’humain. Bravo et brava ! Les artistes, vous nous manquez déjà, mais qui sait…

Partager.

Comments are closed.