La sardine à 5 dinars le kg, est -elle devenue un poisson pour les riches?

0

 

 

Au marché municipal,  on   trouve de toutes les espèces de poissons, de toutes les couleurs, de toutes les tailles et à tous les prix. Et à chacun sa bourse, à chacun son poisson. Une ambiance particulière règne dans ce magma humain où il devient difficile de se frayer un chemin parmi les gens et les rangées de caisses de poissons entreposées.

. Les quelques vendeurs qui étalent du poisson frais attendent patiemment le client. La flambée des prix n’épargne désormais plus aucun aliment. Après  la viande, le poulet et les œufs, c’est au tour de la sardine, le poisson du pauvre, de «flamber» sur les marchés En effet, les prix du plus populaire poisson bleu s’affolent ces jours-ci, allant même jusqu’à atteindre un seuil avoisinant cinq dinars le kg . «C’est du jamais-vu ! Naguère, on nourrissait de sardines les chats et aujourd’hui on ne peut même pas rêver de les voir dans nos assiettes. C’est incroyable ! Je n’aurais jamais imaginé que la sardine pouvait devenir aussi chère», s’écrie Jamel père de famille.Notre malheureux interlocuteur, à la bourse bien modeste, a dû, tout simplement, rebrousser son chemin et revoir à la baisse ses prétentions pour les courses d’aujourd’hui.. Maha,une habituée de ce coin vient tous les jours s’approvisionner en poissons « Le marché de poissons a son charme particulier. On vient ici même par curiosité. Je fais le tour et j’achète ce qui me manque chez moi. Cette fois-ci j’ai envie de m’approvisionner en sardines  que j’adore beaucoup. C’est  cher. Je suis contentée d’un demi kilo de à 2,5 dinars !».

Jalel qui vient de sortir de son boulot est très fatigué. Il a du mal à se frayer un chemin dans cette masse humaine « Il faut avoir une dose de savoir-faire du coude pour se frayer une place dans les foules compactes qui se font et se défont au gré de la vague et sans logique apparente. « Cher tout est cher. Mais on n’a pas de choix. Les prix des fruits de mer oscillent entre 10 et 35 dinars. Regardez les crevettes, ça dépasse les 30 dinars le kg. Ma bourse ne me permet pas même les prix des sardines sont à 5 à 6 dinars   C’est inabordable et trop cher », nous dit Jalila qui ne cache pas sa surprise devant la flambée des prix . « Du jamais vu, les prix grimpent. Ma bourse ne me permet pas d’acheter ces variétés. C’est devenu inaccessible » dit-elle « C’est excessif je n’ai pas de sous. J’opte pour un poulet. », avoue-t-elle. Certains consommateurs paraissent hésitants : « c’est impensable » se lamente un cadre de banque « mais oui, c’est la loi du marché, quand l’offre est inférieure à la demande.. » Il y en a dans la foule qui vient à titre de spectateurs « Moi je vais attendre encore car les prix vont baisser vers la fin de la journée » dit un citoyen d’un certain âge.

Les vendeurs imputent cette hausse aux grossistes qui vendent cher leurs produits. « On ne fait qu’aligner nos prix sur ceux des grossistes avec une petite marge, puisqu’il nous faut bien gagner notre vie »nous explique un vieux marin. Les prix des sardines ont pris aussi  une courbe ascendante avec une moyenne de 5dinars  . « C’est bel et bien la faiblesse des prises à répétition qui a rendu le poisson aussi cher » explique un ancien pêcheur et de poursuivre : «Les sorties en mer des marins pêcheurs se soldent souvent par de très faible prises. Les quelques cageots débarqués une fois leur embarcation à quai sont vite achetés à prix forts.» Et de signaler : «Ils faut aller chercher le poisson ailleurs que dans les zones traditionnelles de pêche.  Au port de Beni Khiar,  la réponse  des pêcheurs est vite trouvée : c’est le mauvais temps. Il a fortement venté ces deux dernières semaines. La mer était agitée et le conditions climatiques rendaient difficiles, pour ne pas dire impossibles toutes les manouvres de pêche en haute tout en nous assurant que les prix reviendront à la normale dès que la tempête s’apaisera. «La sardine est chère parce qu’elle est introuvable. Avec le mauvais temps, peu de pêcheurs se sont aventurés en haute mer » avoue un vieux pécheur qui n’ose pas à s’aventurer en raison du mauvais temps

Zone contenant les pièces jointes

Partager.

Comments are closed.