Hammamet, pays du citron : Rien ne se perd, tout se transforme

0

La mairie d’Hammamet a abrité dimanche 31 mars un colloque sur le citronnier en marge du festival des agrumes  organisé par  l’Association de l’Education Relative à l’Environnement de Hammamet (A E R E ) En entrée de matière, c’était  un tableau peu reluisant de la situation du citron,  ce fruit caractéristique du Cap Bon qui jadis faisait le bonheur et la fierté non seulement, de la corporation des fellahs de la région, mais également de tous les Hammamétois et  Nabeuliens, … Le béton gagne du terrain, les vergers s’amenuisent, les hais naturelles cèdent la place aux enceintes en dur, les éoliennes sont, dans leur majorité, en panne, le parcellement des grands espaces devient quasi-quotidien, le manque d’eau, l’urbanisation… Sans oublier les maladies et les parasites qui touchent aussi  la plupart des citrons.Pourriture des citrons, pucerons ou encore cochenilles, le citronnier n’est pas épargné par les maladies et insectes sur les feuilles.Il est impératif de le  traiter rapidement après le diagnostic, au risque de voir dépérir votre citronnier.

Et pourtant le savoir-faire et la passion pour  le citron, un agrume en péril aujourd’hui, demeure comme l’a indiqué Habib Jabnoun, agronome qui  tente aujourd’hui de relancer la production de citron.  Commercialisés tout au long de l’année, les citrons jaunes se ressemblent tous pour le consommateur. Pourtant, il existe un certain nombre de variétés dont les différences sont en fait plus au niveau de l’arbre qu’au niveau des fruits :
l’Eurêka a longtemps constitué le citron vedette. Très juteux et très acide, ce fruit a une peau fine parfois un peu verdâtre et peu de pépins.. Le Lisbon, d’origine australienne, est une variété aux mêmes qualités mais plus productive .Le Verna, est un citron d’un jaune intense qui possède une peau épaisse et une faible teneur en pépins. Le Feminello est la grande spécialité italienne. L’Interdonato est originaire de Sicile. C’est un citron allongé, à la pointe très marquée, sans pépin du tout et à la pulpe très parfumée. Le délicieux, juteux et parfumé citron , reste malheureusement anecdotique. Il est commercialisé uniquement de janvier à mars, février étant le mois où l’on a le plus de chance d’en trouver. Aujourd’hui, il  ne reste en effet que quelques producteurs du fameux agrume de Hammamet  soit 50 ha (20 mille pieds contre 30 mille en en 1900).Si à l’après-guerre, le citron fait le bonheur de Hammamet , tout change au début des années 1960. Hammamet se transforme et l’agriculture laisse place aux projets immobiliers et touristiques.Ainsi, le citron de Hammamet  est devenu un produit de luxe, qui se vend aujourd’hui à 2 dinars voire à 3 dinars durant l’été le kilo.

Rached Khayati a décortiqué l’histoire des agrumes dans la région, «  L’histoire du citronnier remonte à l’Antiquité. Les arbres étaient à l’origine présents sur le continent asiatique et plus précisément dans une région à la frontière entre la Chine et l’Inde. Très vite il s’est répandu jusqu’en Grèce.. Arrivé au Moyen-Orient par la Perse, il s’acclimate en Mésopotamie.. Les Grecs anciens ne semblent pas l’avoir intégré à leur alimentation, même s’il joue un rôle dans les festivités accompagnant les noces.Les Arabes favorisent l’expansion du « li mûm » (ainsi nommaient-ils le citron) dans tout le bassin méditerranéen dès le Xe siècle, et notamment en Espagne. Là, il devient « limon »… d’où dérivent le mot anglais (lemon) et le terme de « limonade ». C’est à la fin du XVe siècle que les Espagnols et les Portugais implantent le citronnier en Tunisie »

Des vertus thérapeutiques et culinaires

L’universitaire Rchid Chemli a  évoqué l’impact du citron dans la médecine «Le citronnier est une plante médicinale aux propriétés thérapeutiques des plus réputés, Très riche en vitamine C et A, en sels minéraux, calcium et potassium, le citrons possède de nombreuses vertus thérapeutiques.Il est un antiseptique et un dépuratif. Le fruit du citronnier, le citron agit en traitement des maladies infectieuses, il lutte contre la sclérose des artères. Il est préconisé pour renforcer les parois des vaisseaux sanguins, et réduire les varices. Très rafraichissant, le citron a donné son nom aux limonades et aux citronnades désaltérantes, précieuses en cas de grippe, de maladies fébriles ou tout simplement de canicule.  Le citronnier est doué de propriétés antiseptiques et dépuratives utiles dans les maladies infectieuses. Il agirait remarquablement sur l’œdème généralisé dû à la cirrhose du foie, combattrait la sclérose des artères et leur garderait leur souplesse.
On recommande, le citron en général, aux arthritiques, aux obèses, aux rhumatisants et à ceux qui souffrent de lithiase (calculs biliaires).Le citron est doué de propriété favorable dans le traitement du diabète. Il  est aussi carminatif (elle favorise l’expulsion des gaz de l’intestin). En usage externe, les propriétés antiseptiques du jus de citron sont reconnues en gargarismes pour enrayer les angines, les gingivites et les aphtes. On l’applique sur les piqures, les coups de soleil, les mycoses et l’acné ».

Pour terminer le chef  Rafik Tletli a  présenté des recettes à base de citron. « Pour son jus, ou son zeste, cru ou cuit, les usages du citron sont multiples : plats sucrés ou salés, en sauce, marinade, en confiture ou marmelade, en sorbet … Il aromatise cockails, thé et autres citronnades. »

Partager.

Comments are closed.