Entre la Tunisie en 1958 et le Festival de Cannes 2019, une histoire qui date de 61 ans

0

La présence de la Tunisie au festival de Cannes fête cette année ses 61 ans d’existence. Depuis le film « Goha » sacré Prix du Cinéma International en 1958 jusqu’au long métrage du réalisateur franco-tunisien Abdellatif Kechiche « La vie d’Adèle », Palme d’Or à Cannes 2013, -la toute dernière consécration tunisienne dans la compétition officielle-, le cinéma tunisien affiche une participation record cette année.

En effet, 2019 est exceptionnelle en termes de présence aussi bien dans la compétition officielle que dans la sélection officielle. La Tunisie, pour la première fois dans l’Histoire de son cinéma et pour la première fois dans l’Histoire du festival de Cannes, enregistre la participation de six films (cinq longs et un court) dans six sections différentes du plus important rendez-vous mondial du 7ème art, un record qui n’a jamais été atteint jusqu’à présent par aucune Cinématographie arabe et qui augmente numériquement ses chances de pouvoir décrocher un prix dans les sections officielles ou parallèles qui sont dotées d’une compétition.

Par ailleurs, le Centre national du cinéma et de l’image (CNCI, sous le patronage du ministère des affaires culturelles) a concocté cette année une programmation variée au pavillon tunisien dans le village International Riviera où se tiendra une série de conférences de presse autour notamment du Festival du Cinéma Méditerranéen Manarat 2019, du Festival des Journées Cinématographiques de Carthage 2019 et du Festival du film tunisien 2019. Le pavillon tunisien abritera également les réunions de la Commission des Centres de Cinématographie Arabes (AFIC) et du comité directeur et des coordinateurs du programme africain Sentoo ainsi que des activités de la délégation palestinienne à Cannes à travers deux rendez-vous « come to meet event  » et le « N.African coproduction meetings ».

Partager.

Comments are closed.