Tourisme au Cap Bon : L’été, la haute saison et les doléances de la profession

0

 

La reprise se confirme en 2019 . Les hôteliers du Cap Bon ne veulent pas rester là . Ils veulent  booster encore  le secteur  et  concentrer les efforts sur les réformes nécessaires à la restructuration du tourisme tunisien qui a trop longtemps souffert des crises conjoncturelles et structurelles. C’est dans ce cadre que s’inscrit la tenue du conseil régional du tourisme du Cap Bon organisé au sein du ministère du tourisme et de l’artisanat

 

Ils étaient tous là : ministre du tourisme, élus locaux, représentants des fédérations et associations professionnelles,  venus partager leurs expériences. Le  ministre du tourisme René Trabelsi  a écouté attentivement leurs doléances. Ils ont notamment évoqué la question  de l’amélioration de la qualité, de la  détérioration de l’environnement, des unités fermées, la pression fiscale qui pèse sur le secteur, l’existence d’intrus qui portent préjudice à la qualité des prestations,, l’ouverture du ciel, la lourdeur administrative, la formation et les problèmes sécuritaires.

 

Le ministre du tourisme a exprimé son soutien inconditionnel à la profession  pour solutionner, ensemble, les problèmes du secteur hôtelier, rehausser la qualité des prestations et booster l’image de la destination.

Il a   estimé que  « ces problèmes, aussi urgents, importants et complexes soient-ils, ne doivent pas faire oublier aux hôteliers et aux agents de voyages que la préparation de l’année 2019 a déjà commencé et qu’elle est en train de se faire quotidiennement.Si le tourisme tunisien veut continuer sur sa lancée et bien préparer 2019, il est plus qu’urgent d’ouvrir, dès maintenant, le dossier du produit hôtelier, sa maintenance et son entretien, sa rénovation et sa modernisation, sa mise à niveau et sa réhabilitation.Le ministre a appelé à développer une réelle culture de la qualité au sein des établissements hôteliers et touristiques et de s’inscrire dans la durabilité notamment au niveau des normes en matière  de respect de l’environnement et de la propreté des zones touristiques ».

 

Les professionnels doivent être impliqués davantage en vue de répondre au mieux aux attentes des touristes et la promotion de l’offre touristique tunisienne surtout en direction des marchés traditionnels et des marchés prometteurs et à fort potentiel émetteur pour la Tunisie.

« Les plages et les hôtels sont d’avantage mis en avant. Mais les sites archéologiques n’ont pas l’attention qu’elle mérite ». a-t—il  déclaré avant d’ajouter  » Il  y avait un vaste marché européen et asiatique  pour le tourisme patrimonial auquel la Tunisie devrait s’intéresser.Les touristes  s’intéressent de plus en plus  à la culture et aux sites archéologiques. Nous devons essayer de satisfaire leurs demandes. L’histoire du Cap Bon  est vieille de plusieurs milliers d’années, des sites archéologiques datant des civilisations phénicienne, carthaginoise, romaine ou encore byzantine qui peuvent constituer une attraction pour les touristes tout au long de l’année »

 

Sur le plan sécuritaire, le ministre indiqué que « les  mesures sécuritaires  ont été intensifiées et que la situation actuelle impose davantage de vigilance et de veille pour faire face à tout mouvement suspect »

 

Le ministre a appelé enfin à revaloriser l’artisanat et les métiers.. Pour toucher une clientèle nouvelle et présenter notre savoir-faire, les foires et salons nous  offrent une vitrine sur mesure et une véritable opportunité de business pour exporter notre artisanat

Zone contenant les pièces jointes

Partager.

Comments are closed.