Al Haouaria à l’heure de son 52ème festival de l’épervier

0

La pratique de la  fauconnerie à Al Haouaria est apparue avec l’avènement des Arabes au pays du Maghreb, notamment, à partir du XIIe siècle à  l’époque almohade (XIIIe siècle)  et alaouite (depuis le XVIIe s.) qui  ont accordé à cet art et du rôle qu’a joué le faucon dans les échanges diplomatiques de la Tunisie avec les autres souverains d’Orient et d’Occident. Cette tradition originale et populaire, repose sur l’affaitage de deux seules espèces de la gent ailée parfaitement adaptée aux modes de chasse pratiqués à savoir l’épervier ou sef pour la chasse de la caille et le faucon pèlerin ou borni pour la chasse de la perdrix. Bien ancré, l’art de la fauconnerie, legs de nos ancêtres, inspire par sa noblesse et son authenticité, un sentiment d’orgueil et de fierté.

A Al Haouaria, des fauconniers perpétuent l’art de dresser les faucons, des oiseaux de proie impressionnants. C’est dans ce cadre qu’elle organise du 7 au 9 juin 2019 son traditionnel festival de l’épervier. Cette 52ème édition offre un nouveau profil . « Un programme alléchant a été concocté visant à faire connaître le patrimoine et la fauconnerie dans cette cité romaine. Haouaria est la seule ville à pratiquer cet art aujourd’hui. C’est donc un privilège, que d’assister au spectacle aérien des faucons, fendant les airs pour chasser le pigeon, un exercice de dressage que leurs propriétaires leurs fait pratiquer quotidiennement » a indiqué Monji Ben Jdira, le Directeur du festival .

Et d’ajouter « La journée  inaugurale a été marquée par l’inauguration de la foire commerciale et par . des spectacles et concours sur l’art de l’affaitage de l’Epervier (Sef) et du Faucon pèlerin (Borni) avec la remise des prix aux gagnants au terme du festival .Fidèle à sa vocation, ce festival essaie de promouvoir aussi la culture et le patrimoine de la région sur un fond d’animation varié et alléchant avec au menu des exhibitions de fauconnerie, des spectacles de folklore, de cavalerie, de fantasia et  l’organisation des sorties en mer »

À rappeler que l’UNESCO avait déclaré le 16 novembre 2010 la fauconnerie « patrimoine culturel immatériel de l’Humanité »

                                   Kamel Bouaouina

Photos : Rached Berrazagua

Partager.

Comments are closed.