Aida Niati au festival d’ Hammamet : une voix enivrante 

0

 

 

Accompagnée de quatre musiciens, la jeune talent Aida Niati   a réchauffé le théâtre de Hammamet  en creusant  dans les différentes intonations musicales locales et les tournures mélodico-rythmiques caractéristiques, pour mettre en valeur, à sa manière, de véritables joyaux musicaux. La voix  de Aida  inspire un profond sentiment de sérénité et de douceur. Son style est inimitable. Les improvisations, les chants, les qualités vocales, etc.…

 

 

Le concert était d’une grande qualité. Morceaux mélancoliques, tendres ou cadencés se sont enchaînés à un rythme intense. Elle séduisait l’assistance par ses tubes « viente anos » « Yalli Nasqsini » « Oh malhoun » et « Amar Ayounah  « Who » « Rebel » « Help is coming » et « complain »La communion était totale et à chaque morceau, on se met debout, car il y a quelque chose d’émotionnel .Cet enthousiasme s’est transmis aux musiciens partis chacun dans des improvisations superbes. Aida appelle à partager les cultures, à voyager, ou simplement rêver d’ailleurs.

 

Visiblement  touchée, elle invite à la fête et insuffle à la scène  une énergie débordante. Il y avait de quoi puisque Aida  rythme ses paroles. Le public l’accompagnait à chaque instant. Cette artiste virtuose au cœur très sensible, une sensibilité visible à travers sa voix, son interprétation, et à  travers ses gestes a ébloui ses fans. Avec son style, son look,sa voix angélique et lyrique et sa façon de bouger sur la scène, elle a réussi à retenir  ses fans . C’est magique dans cet univers musical si magnifique. Un spectacle haut en couleurs. Les sons du violon, du piano, du Tar et des percussions   traversent à chaque instant cet espace intime. Sa prestation, il faut le dire, et sa présence imposante sur scène étaient extraordinaires. Le public s’est amusé. Lotfi Boucxhanak était là pour la soutenir  .Une soirée enivrante  et réussie aux dires du Directeur du festival Lassad Saied

Kamel Bouaouina

Photos Rached Berrazagua et  Elyes Nachb 

Partager.

Comments are closed.