Oscar D’Léon  enflamme  Hammamet

0

Deux heures de folie, deux de salsa; c’est ce que nous a proposé le vénézuélien Oscar D’Léon au festival d’Hammamet Bien plus qu’un salsero, un véritable show-man. Virvoltant sur scène, aussi léger que ses rythmes, Oscar a fait vibrer le public. Dès son apparition sur scène, l’artiste, vêtu en noir,  n’a cessé de vouloir partager sa musique et l’expliquer. Assister à un concert d’Oscar D’Leon, c’est assister au fabuleux survol d’un astre flamboyant, on le nomme aussi ‘’El Faraón de la Salsa’’. Les amateurs ou non de salsa, sont venus nombreux à Hammamet en masse l’écouter… et danser.

L’artiste, toujours égal à lui même et malgré ses 71 ans a su enflammer son public et très rapidement quelques festivaliers se sont levés et mis à danser aux rythmes latinos. Oscar a pris  également beaucoup de plaisir sur scène en s’amusant avec ses musiciens, leur parlant à l’oreille, plaisantant avec eux ou en les mettant en avant, les invitant chacun leurs tours sur le devant de la scène pour une interprétation solo.

Dirigé par le pianiste Oscar Jose Reyes Matheus, le tour de chant est comme à l’accoutumée construit sur un enchaînement effréné de tubes incontournables. Au programme : le répertoire d’Oscar (LlolarasVoy Pa Cali), Benny More bien sûr, mais également la mythique Típica’73. Il n’y a pas de concert d’Oscar sans un hommage à la reine de la salsa, Celia Cruz. Pour faire simple, Oscar D’León nous refait toute l’histoire de la salsa depuis les débuts du latin-jazz : Bonito y Sabroso, El Manicero, La vida es un carnaval, Que Bueno baila usted, La Murga, Ran Kan Kan, Idilio, Francisco Guayabal, Toro Mata, Oye Como Va, et caetera, et caetera, et caetera… Malgré l’âge   , Oscar redoublait ce soir d’énergie , donnant toujours plus de voix, claire et cristalline. Le chanteur s’aventure avec bonheur dans tous les genres avec Samba Pa’Ti (Santana) ou Woman Del Callao (Juan Luis Guerra).

Grâce  ainsi à son  professionnalisme, sa  présence en force sur la scène et surtout, sa  capacité avérée à créer la symbiose et la communion avec le public, et à surfer entre les styles musicaux, avec aisance et fluidité inédites, Oscar a su emporter le public dans un long périple, en interprétant ses derniers succès.

Le pharaon de la salsa  était ce soir séduisant. Il y avait de quoi puisqu’il  sait rythmer ses paroles. Un feu de lumières, de danses, de chants et de musique, une ambiance chaude, rien que cela, nous donne une bonne raison pour ne pas rater ce spectacle de salsa. Quelques halo des fans viennent envahir de temps en temps la scène. Des jeunes, des adultes  dansaient la salsa et répétaient à merveilles ses chansons.

Ses chansons se suivent et se succèdent. Il fallait être un bon connaisseur du répertoire de cet artiste pour pouvoir trouver les titres des chansons interprétées. La musique de ces Vénézuéliens  mime une ouverture d’esprit et une culture artistique plurielle.  Ce fut l’extase avec des mélodies latino douces et des paroles dénotant d’une grande sensibilité et d’une rare poésie. Oscar s’est pas arrêté ce soir de bouger sur la scène en entraînant le public dans une rythmique effrénée de salsa

                      Kamel Bouaouina

Photos Berrazagua

Partager.

Comments are closed.