« Pinceaux féminins » à la Galerie Jeelen : une exposition collective où se mêle le langage des couleurs

0

Une exposition collective réunissant les œuvres de 5 artistes peintres  tunisiennes confrontant leurs visions sur la femme et le patrimoine culturel, intitulée « Pinceaux féminins » a été inauguré à l’espace Jeelen à Nabeul.

Elles sont cinq. Ces poètes  sont artistes peintres. Elles exposent. La peinture les a réunies le temps d’une exposition. L’occasion pour elles, jusqu’au 30 du mois en cours, de rendre hommage à la femme .Ce sont Myriam Soufy,  Esma Ghrib, Myriam Garali , Latifa Bida  et Edelweiss Mahjoub

Chacune offre au public une infime partie d’un talent. Un talent avéré et surtout riche et varié. Le thème de cette exposition, dédiée à l’art au féminin, est très panaché, voire hétéroclite :  la femme, la nature, la mer Des sujets libres, flirtant sur le vague, le flou et le détail en même temps. Le flou dans la perception. Le détail dans l’exécution.

D’ailleurs, la diversité n’est pas uniquement propre à la thématique. Même les techniques diffèrent d’une artiste à une autre. Cela va de l’acrylique à la gouache au collage. Chaque plasticienne avait son panneau. Un espace réservé rien que pour elle. Sur cette partie du mur, des tableaux. Mais aussi des histoires. Le public, à travers ces quelques toiles exposées – une sorte d’échantillons – peut découvrir le monde ô combien magique de la palette, des couleurs et des pinceaux.

Certes, ces 5 plasticiennes se sont réunies autour de la peinture, mais la perception diffère. Fidèle à son style, Myriam Garali nous emmène dans un monde magique de la femme nature. Cette femme qui donne la vie et qui récupère. On est vite happé par ces couleurs. Un tourbillon de couleurs à n’en plus finir. De l’abstrait mais aussi du figuratif .À vous chatouiller les yeux.

 

 

 

Les tableaux de Latifa Bida mettant à l’honneur l’action des femmes résistantes, combattantes et engagées. Ces femmes qui veulent se libérer et voler plus haut malgré le chagrin, la tempête..

 

Tout comme Edelweiss Mahjoub  qui a axé son travail sur la femme, parce que la femme  doit se battre pour ses droits et sa liberté ! Et ce thème se présente bien mieux à plusieurs, femmes complices et complémentaires…Femme, mère, amante, femme de la terre forte, courageuse, intuitive, femme aux mille facettes, nous voulons lui rendre hommage en peinture.

 

Asma Ghrib expose une série de toiles dont le thème récurrent est la femme. Sa technique mixte à base de collages, d’accumulations de textures, et ses motifs fleuris, entre figuratif et décoratif, évoquent l’Art Nouveau et l’univers de Gustav Klimt. Asma s’inspire par ses atmosphères remplies de poésie. Elle peint, elle contemple cette nature dont elle si proche et essaie d’ observer son perpétuel mouvement.

Les œuvres présentées  du Myriam Soufi sont toutes entières dévolues à l’art du collage.  Myriam nous propose un travail d’assemblages d’objets divers sous forme de collages avec pour résultat des œuvres subtiles qu’il termine en usant de pinceaux, des œuvres dans lesquelles tout se joue dans la mise en page, si l’on peut dire, une sorte de déconstruction-construction d’où émane une certaine séduction reconnue.

Son travail  réfléchi et raffiné échappe à tout déterminisme, ignore les critères et les systèmes. Ses collages sont comme des poèmes plaqués directement sur le mur et qui usent de la sensation, des images empruntées à la réalité, et des associations d’idées qu’elles engendrent pour produire une signification.

Kamel Bouaouina

Partager.

Comments are closed.