Afif Kchouk, président de l’Union Nationale de l’Industrie Hôtelière (UNIH) :La faillite de Thomas Cook laissera des séquelles, surtout, auprès des hôteliers et agences de voyages partenaire

0

-Un fonds de garantie s’est engagé à régler les séjours des clients de Thomas Cook en vacances en Tunisie

Présent en Tunisie depuis plusieurs décennies, Thomas Cook figurait parmi les principaux acteurs du tourisme international dans le pays. Son objectif  était chiffré à 135.000 clients tous marchés confondus. L’arrêt d’exploitation de Thomas Cook qui a pris effet ce lundi 23 septembre met ainsi fin à ce contrat. Une situation qui aura certes un impact sur notre tourisme comme l’a signalé Afif Kchouk, président de l’Union Nationale de l’Industrie Hôtelière (UNIH) et Directeur de l’Observatoire du Tourisme.

La faillite de Thomas Cook est -elle prévisible?

 Thomas Cook allait mal et gérait des difficultés financières depuis des années. Son action cotée en bourse n’a fait que dégringoler ces derniers mois. Donc, sa faillite était possible et prévisible ; mais de la façon précipitée et inattendue avec laquelle elle s’est passée. Beaucoup de questions sur cette faillite restent sans réponse ; du moins pour le moment.

 Selon vous quel sera le montant des pertes pour la Tunisie après la faillite de Thomas Cook ?

 Il est très difficile de donner un chiffre exact du montant des pertes. Seuls Thomas Cook et les hôteliers partenaires qui connaissent les chiffres précis ; mais ils resteront confidentiels. N’oublions pas qu’il s’agit de transactions financières entre deux partenaires commerciaux.

 Est-ce que cette faillite a touché l’aérien?

Oui, elle a touché le pavillon national : Tunisair et Nouvelair ; mais très faiblement : les montants impayés ne dépassent pas les quelques milliers de dinars. Il est à préciser que Thomas Cook a sa propre compagnie aérienne.

 Cette faillite laissera t-elle des séquelles sur le tourisme tunisien et sa commercialisation?

Elle laissera des séquelles, surtout, auprès des hôteliers et agences de voyages partenaires. La gravité de ces séquelles dépendra du montant de la dette. Les séquelles sur le tourisme tunisien et sa commercialisation dépendront de la rapidité de réactivité des professionnels et de l’Administration du tourisme qui gère le budget de promotion. Les clients existent ; il faut savoir les capter et les diriger vers les tours opérateurs qui commercialisent déjà la Tunisie et les inciter à augmenter leur production ; comme il faut encourager de nouveaux T.Os à programmer la Tunisie, une destination demandée sur le marché et aimée par les touristes britanniques.

 Le gouvernement britannique pourra t-il rembourser les hôteliers tunisiens?

Le gouvernement britannique s’est chargé de rapatrier les touristes de Thomas Cook restés en rade ; et un fonds de garantie s’est engagé à régler les séjours des clients de Thomas Cook qui se trouvent en vacances en Tunisie, entre le 23 septembre, jour de la déclaration de la faillite, et le 6 octobre, 15 jours après.

 Que doit faire le ministère du Tourisme pour aider les hôteliers à affronter cette grave crise?

Pour alléger au maximum les conséquences néfastes de cette crise grave sur les hôteliers touchés, le Ministère du Tourisme et de l’Artisanat va certainement prendre les mesures adéquates ; en concertation avec les autres départements : BCT pour accorder des facilités et des crédits exceptionnels, ministères des finances (crédit de TVA), de l’énergie (fractionner le paiement de la facture de la STEG), de l’agriculture (Sonede) des affaires sociales (CNSS)…

Partager.

Comments are closed.