PPDA à Hammamet : « Je trouve intéressant d’allier les mots avec les notes »

0

A 71 ans, Patrick Poivre d’Arvor demeure un éternel touche-à-tout hyperactif. Il était l’invité  de la chaîne Asdrubal et Cello Events pour donner un concert-lecture intitulé “Lorsque les lettres rencontrent les notes” à Hammamet où il a récité des poèmes magnifiques, sur l’amour, le temps qui passe, de Saint Exépury à Lamartine, en passant par Hugo et Rimbaud. Il nous a convié à une soirée mêlant les pages musicales célèbres du romantisme aux lettres d’amour poétiques et bouleversantes.Avec ce  spectacle d’une rare élégance, Patrick Poivre d’Arvor, en compagnie de ses complices musiciens, nous a  transporté au firmament des mots et des sons. Trés sollicité ,il a bien voulu répondre à nos questions

 PPDA , comment expliquez -vous cette passion pour la poésie?

Ça remonte à l’enfance. Quand j’étais petit, j’écrivais des poèmes. J ‘avais un goût pour la littérature. J’étais sollicité pour réciter des poèmes à Hammamet . L’idée est séduisante surtout que les gens, les européens et les tunisiens  aiment écouter la poésie. Il s’agit essentiellement de poèmes d’amour. Ça va de Saint Exépury à nos contemporains. On retrouve des poèmes datant depuis trois siècles. Rimbaud, Lamartine, Hugo. C’est très varié. Je trouvais intéressant d’allier ces mots avec ces notes. Ce sont des émotions parallèles. Et je me suis rendu compte au fil des lectures que les gens aimaient bien l’inflexion de ma voix, qui, apparemment, colle bien aux poèmes.

Vous avez essayé de rendre un hommage au grand poète tunisien Abou Kacem Chebbi?

Abou El Kacem Chebbi fait partie de nos Grands Hommes qui ont contribué à l’histoire de la Tunisie. J’ai eu l’honneur de lire ce poème qui datait de 1928 « le chant des oiseaux »  avec un arrangement de Pablo Casals

Ce poème s’inscrit dans l’actualité dans la mesure où il tente, dans une perspective relationnelle, de tisser des liens et de bâtir des ponts et des passerelles entre les deux rives de la méditerranée et ce à travers une invitation à de multiples cheminements dans le monde magique des pensées, des mots et des rêves et un voyage en gourmandise dans un univers poétique intemporel où se croisent deux destins et se côtoient : une Grande figure musicale du XXe siècle, Pablo Casals qui a porté le violoncelle au premier rang de l’orchestre classique et révolutionné sa technique et  le grand poète  tunisien Abou El Kacem Chebbi.

A 71 ans, la retraite est un mot qui n’existe pas dans votre vocabulaire. Quels sont vos projets?

Ça me plaît d’avoir cette autre vie riche en création et en journalisme  . Je viens de sortir un livre « Secrets d’enfance »  et dans six mois un roman intitulé « L’ambition »

                                                 Kamel Bouaouina

Partager.

Comments are closed.