Nabeul à l’heure de son Festival de l’harissa et des piments

0

 . La 5ème édition du  Festival de l’harissa et des piments aura lieu du 1er au 3 novembre 2019 .Une opportunité pour revaloriser cette denrée alimentaire et présenter les milles et une façon de la préparer.  Cette nouvelle édition du Festival  de l’harissa et des piments est organisé à l’initiative de  l’Association de sauvegarde de la ville de Nabeul (ASVN)  et l’Association tunisienne des professionnels des arts culinaires (Atpac) qui vont sortir le grand jeu, sans lésiner sur les moyens  pour réussir ce rendez-vous

« Cette manifestation , explique le coordinateur du festival,  Ahmed Bouhnek  au cours d’un point de presse, , vise dans un premier temps à faire découvrir ou redécouvrir la gastronomie  locale .  Cette fête haute en couleurs est un évènement gourmand incontournable à Nabeul. Dans un décor pittoresque, les façades des maisons traditionnelles  arborent avec grande fierté des cordes de grappes fraîches de piments rouges qui sèchent au soleil. La ville est en fête, la joie et la bonne humeur seront au rendez-vous!C’est une occasion de faire connaître cet héritage nabeulien  au niveau mondial. Autre but visé et non des moindres, documenter l’histoire et les origines  de l’harissa et du piment  pour mieux préserver cet art culinaire ancestral .Pour mettre en valeur ce condiment caractéristique du Cap Bon, au parfum et aux saveurs du terroir , nous avons  programmé pour cette  édition, une sortie des Toques Blanches de l’ATPAC ,  des séances de dégustation et de démonstration de cuisine animées par une douzaine de femmes artisanes, des ventes de l’harissa  ainsi que des concours culinaires pour promouvoir les différentes qualités. Nous avons voulu cette année innover en faisant appel à des cuisinières pour nous nous préparer des repas à base d’harissa tels aijja nablia, felfel à base d’harissa, méchouia sans oublier le côté scientifique avec des conférences sur la route des piments et la vente en ligne de l’harissa »….

.Le directeur technique de la manifestation, le chef Rafik Tlatli a indiqué que les professionnels se font un plaisir de partager leur passion pour le piment, de la culture à la cueillette à la main jusqu’au séchage, la fabrication de l’harissa  et la mise en poudre .  Ce produit nabeulien  «harissa» provient de l’arabe (الهريسة) qui signifie «écraser», «broyer ou réduire en purée». C’est une sauce préparée à partir de piments rouges forts, d’ail et d’huile d’olive. Employée en tant que condiment ou ingrédient, elle relève les plats grâce à son goût piquant.Le public, les touristes pourront également visiter l’exposition  du piment et de l’harissa , observer de près le travail de cordage,  la transformation du piment avec dégustation gratuite. Dar Nabeul abritera  des cooking-show animés par des chefs tunisiens . Des ateliers d’apprentissage de la fabrication d’harissa seront, en outre, ouverts aux amateurs. Vitrine de l’économie locale, le festival est aussi, l’occasion rêvée de démontrer les savoir-faire des nabeuliens  en matière de gastronomie . Les visiteurs et ils seront nombreux viendront ici pour assister à la fête des piments et de l’harissa, bien sûr, mais aussi pour déguster les différents plats, notamment à base de piments »,. Pendant la durée du festival, l’espace Dar Nabel  bourdonnera d’activités pour les visiteurs désireux de faire l’achat de produits du terroir ou simplement de goûter des produits locaux. Les lieux seront pris d’assaut chaque jour par des milliers de consommateurs. Tout le monde s’approvisionnerait en produits frais.. Le  festival souhaite non seulement faire découvrir aux visiteurs les  menus spécialement concoctés par des ménagères  pour l’événement, mais aussi les faire sortir et découvrir la ville durant leur séjour.  Les gens voyagent de plus en plus par le ventre. On souhaite qu’ils planifient leur séjour en réservant dans les restaurants, mais aussi qu’ils visitent les commerces des épices et de l’harissa  de proximité et les marchés »

                                                            Kamel Bouaouina

Partager.

Comments are closed.