Nabeul : un bain traditionnel pour accueillir la nouvelle année

0

L’événement n’a laissé personne indifférent . Des dizaines de personnes se sont jetées ce mercredi 1er janvier dans la mer  pour entamer l’année 2020 par le traditionnel bain du Nouvel An, sur la plage de Nabeul, tout près de la jetée.

Sous un grand ciel bleu, les baigneurs,  en maillot de bain, la plupart,, se sont élancés de la jetée  à midi dans une ambiance festive et en entonnant des chants, avant de se risquer dans une eau glaciale

 

«Elle est bonne, elle est très bonne !», s’exclame Jihène . »Le bain du nouvel an , c’est agréable, bon enfant, c’est l’esprit carnaval, mais là le vent est très frais», a expliqué Habib qui ne rate pas cette baignade traditionnelle depuis dix ans ».

«C’est la première fois et je crois que c’est la dernière. C’est très, très froid. Je suis rentré dans l’eau en courant mais je suis sorti très vite. On verra bien demain si on est malade ou pas», a souligné Samir

Rached Khayati, un passionné de la mer , n’a cessé d’énumérer les bienfaits de cette immersion dans la mer: «C’est une thérapie. On est bien pour le reste de la journée. À la longue, on devient même accro aux bains de mer. C’est comme une drogue. On a l’effet positif de l’adrénaline, sans les effets négatifs. Qu’il fasse beau, qu’il pleuve, qu’il vente où qu’il neige, je ne rate jamais mon bain. Cela fait partie de ma vie. Je profite des vertus de l’eau salée

Férid a trouvé que l’eau  était fraîche :  » Mais quand on est dedans, on est comme anesthésié. On peut y rester »

Du côté de Samir, c’est avec une gorgée de café en compagnie d’un copain qu’il se réchauffe. Peut-être le secret pour se baigner dans une eau gelée…

Effectivement, malgré une météo clémente, l’eau était « fraîche ». Les habitués ont constaté que sa température avait tendance à « geler les orteils . Ce détail anatomique insignifiant n’a pas eu de répercussion sur l’ambiance chaleureuse et festive qui a régné au cours de ce premier  bain de mer 2020 pour ces courageux baigneurs.

 Kamel Bouaouina

 

Partager.

Comments are closed.