Reportage : Hammamet  fête la maltaise, la reine des oranges !

0

Le poids de la lumière, le choc des couleurs. Tel pourrait être le slogan retenu pour décrire les vergers d’agrumes d’Hammamet.De  belles couleurs, de doux parfums et si tout va bien une petite récolte de fruits. Une orange, un  citronnier c’est que du bonheur. De plus, cette beauté méditerranéenne garde toujours ses feuilles vertes et fait donc plaisir toute l’année. Clémentine, citron, lime (ou citron vert), orange, et pamplemousse : leurs arbres sont tous un peu différents, mais bénéficient tous d’un solide tronc couronné d’une touffe verte. Hammamet, le royaume des agrumes  fête les 22 et 23 février le festival des agrumes . Organisée par  l’Association d’Education Relative à l’Environnement de Hammamet (AERE)  en partenariat avec la municipalité de Hammamet, la Fédération Tunisienne de l’Hôtellerie (FTH) et la Fédération Tunisienne des Agences de Voyage (FTAV),  cette manifestation intitulée « La Maltaise, reine des oranges »offre un nouveau profil

Surnommée la reine des oranges, cette orange semi-sanguine est très juteuse et parfumée. De quoi faire le plein de vitamines C !  Véritable produit de terroir qui exprime ses qualités exceptionnelles essentiellement dans la presqu’île du Cap-Bon. L’orange Maltaise demi-sanguine est la variété qu’on associe le plus à la Tunisie qui en est le seul producteur et exportateur mondial. Lesfellahs hammamettois   sont les dignes descendants des jardiniers morisques qui ont su perpétuer leurs traditions agricoles jusqu’à maintenant. Toujours fiers de parler de l’orange maltaise, ils la qualifient « de meilleure orange au monde » !

Cet évènement, souligne, Salem Sahli, membre  de  l’Association d’Education Relative à l’Environnement de Hammamet (AERE) ,est en soi une fête grandiose. Il symbolise toute une ville, des habitants, des métiers, des vergers, une culture, des savoir-faire et des traditions ancestrales. Et le patrimoine agrumicole à Hammamet est une des composantes de l’identité locale. En effet, cet héritage ancien s’est construit au fil des siècles grâce à la conjugaison de plusieurs facteurs tels que les conditions naturelles favorables, la présence d’une paysannerie locale maîtrisant l’arboriculture irriguée, l’apport décisif des Ottomans et des Andalous installés à Hammamet  au XVIème siècle…Tous ces éléments permirent à un terroir de se constituer et de se développer avec comme élément de base : le verger ».

Et d’ajouter « Ce patrimoine est aujourd’hui fortement menacé par le tourisme de masse, l’urbanisation galopante, la spéculation foncière, le manque d’eau et l’absence de sensibilisation des citoyens » Le but de l’initiative  est de sensibiliser les citoyens et surtout les jeunes à la préservation du patrimoine agrumicole local et de contribuer à diversifier l’attractivité touristique de Hammamet en promouvant la région à travers son terroir et son identité.L’idée est de contribuer à la valorisation des usages et des pratiques de maîtrise et de gestion de l’eau par les « fellahs » locaux, de faire connaître le paysage agricole d’Hammamet et surtout de sensibiliser les jeunes à la nécessité de préserver le patrimoine vernaculaire, c’est-à-dire rural, matériel (architectural et paysager) et immatériel lié à l’eau. Hammamet, réputée pour sa production agrumicole de bonne qualité, confirme, de jour en jour, sa vocation de producteur et d’exportateur de ces produits aux vertus multiples »

Le programme de la manifestation comprend essentiellement une exposition au pied du fort de Hammamet sur les aspects sociaux, culturels, économiques et environnementaux du patrimoine agrumicole de Hammamet, desventes d’agrumes et de produits dérivés (confiture, miel, pâtisserie, confiserie, produits cosmétiques…) des ateliers de préparation et de dégustation de mets à base d’agrumes, une table ronde au Centre Culturel International de Hammamet (Dar Sebastian) sur le thème « les agrumes biologiques » , une  visite guidée de l’Ecomusée  et un programme d’animation varié : folklore, musique, jeux pour enfants, animations sportive et artistique…

                                                    Kamel Bouaouina

Article paru dimanche 16 février  2020 au journal le Temps

 

 

Partager.

Comments are closed.