Une personne sur trois limitera ses voyages en avion malgré la création d’un vaccin contre le Covid-19, selon un sondage

0

Une personne sur cinq issues de cinq pays affirme que même lorsqu’un vaccin contre le coronavirus sera disponible, elle sera moins susceptible de prendre l’avion, d’utiliser les transports en commun et de manger au restaurant, selon un sondage de Kekst CNC diffusé exclusivement par Axios.

Une enquête sociologique a montré comment les citoyens de différents pays développés particulièrement touchés par la pandémie se comporteront une fois qu’un vaccin contre le coronavirus sera prêt et que la crainte de contaminations sera a priori dissipée.

Il s’est avéré que plus d’un habitant sur cinq aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Suède, en Allemagne et au Japon envisageait de réduire ses voyages en avion, de moins manger au restaurant et de moins aller au cinéma, selon les données de recherche du centre de communications stratégiques internationales Kekst CNC, citées par le portail Axios.D’après les résultats de ce sondage, mené du 27 avril au 1er mai, les craintes d’une contamination et de la perte de son emploi se sont progressivement effacées, et à leur place apparaît désormais une prise de conscience du fait que la vie va changer même après l’apaisement de la crise.

Les sondés ont été invités à imaginer qu’un vaccin était actuellement disponible dans le monde entier pour leur demander si leur vie aurait changé après la pandémie. Selon les résultats, 27% des Britanniques, 32% des Américains, 30% des Suédois, 30% des Japonais, 34% des Allemands seraient moins susceptibles de prendre l’avion.

De plus, 27% des résidents du Royaume-Uni, 36% des États-Unis, 23% de Suède, 27% d’Allemagne et 29% du Japon prévoient de ne pas utiliser les transports en commun en dépit de l’apparition d’un vaccin.

Moins de passages dans les lieux publics

Le sondage montre également qu’en moyenne 26% des habitants de ces pays ont déclaré qu’ils seraient moins susceptibles d’aller manger dans des lieux publics. Cette proportion est particulièrement élevée aux États-Unis avec 35%. Et le même nombre de personnes s’efforceraient de ne pas aller au cinéma.

L’étude a révélé que les préoccupations concernant les effets de la crise sur l’emploi, les finances et les économies locales étaient les plus fortes aux États-Unis et les plus faibles en Suède.

Les Japonais sont moins satisfaits de la réaction de leur gouvernement face à la situation, contre 51% des Allemands et 65% des Britanniques étant d’accord pour dire que leurs gouvernements «apportent le soutien nécessaire aux entreprises».

Partager.

Comments are closed.